Voilà l’été !!! Voilà l’été !!! Voilà l’été j’aperçois le soleil…

Pour le coup, nous y sommes.

Comme l’a brillamment expliqué Benjamin BORKOWSKI dans son article du 4 juillet dernier https://recsi-group.fr/temoignages-candidats/5-astuces-pour-partir-en-conges-lesprit-leger/, les congés doivent permettre de couper… Vraiment. Pour revenir frais et dispos.

Néanmoins, la majorité des salariés partent 2 semaines.

Faut il adapter son mode de travail aux 6 semaines restantes ?

En partant du principe plus ou moins avéré qu’à cette période, l’activité peut baisser ou que les effectifs peuvent être réduits ?

C’est une vraie question.

Remote, « travail à la maison », « télétravail »…

Aujourd’hui, le télétravail est à juste titre considéré comme un mode de travail à part entière qui n’est plus uniquement réservé aux salariés qui gardent leurs enfants malades tout en travaillant sur leur ordinateur ou qui attendent le technicien EDF avant de venir « au bureau »…

Pour beaucoup, cela permet de gagner sur les temps de transport notamment.

Chez RECSI, le télétravail est quelque chose de courant car notre activité le permet.

Pendant les grèves des transports parisiens, il était ainsi bien plus commode de travailler ainsi.

Néanmoins, dans une petite structure comme la nôtre, notre efficacité, nos performances, tiennent aussi à une cohésion et à une inertie fortement liées à la force du groupe.

Pour répondre à la question posée en titre de l’article, la réponse se doit d’être nuancée. La seule condition réside dans le fait que le niveau de travail attendu reste en tous points identique à celui effectué depuis son lieu de travail.

Le télétravail doit donc être motivé par l’envie d’un ou des salariés plus que par une période de l’année.

Il ne doit pas y avoir de corrélation entre une supposée baisse d’activité et le fait de travailler de chez soit.

Sinon, le télétravail ne sera jamais considéré comme un mode de travail comme un autre.

                                    By Benjamin Levi

Benjamin Levi Directeur