Data protection officer

FICHE METIER

Data protection officer

Toutes les informations sur le métier de Data protection officer

 Vous êtes à la recherche d’un travail innovant ? Ou juste curieux sur le poste de data protection officer ? Découvrez tout sur ce métier récent et prometteur.

SES MISSIONS

+ Former ses collaborateurs sur le RGPD.
+ Suivre les démarches via des audits réguliers.
+ Mettre en place des actions en accord avec le RGPD.

SES QUALITES

+ Sens de l’écoute et de la communication
+ Esprit d’analyse
+ Capacité managériale
+ Sens de la persuasion

SON SALAIRE
45K€ en junior (1-3 ans)
60-70K€ en confirmé (3-5 ans)
100K€ en senior (+ de 6 ans)

Quel est le rôle d’un Data protection officer ?

Le data protection officer est aussi appelé délégué à la protection des données (DPD). Il intervient dans le cadre du RGPD ou Règlement Général pour la Protection des Données. 

Le DPO est celui qui se charge de la gestion et de la protection des données au sein d’une entreprise. Il joue également un rôle de conseiller et organise les procédures nécessaires dans la gestion des données.

Le data protection officer a comme principale mission de former ses collaborateurs sur le RGPD. Il est tenu de les informer aussi bien des mises à jour que des impacts de cette loi. Cette sensibilisation s’adresse à la fois aux directeurs et au personnel.

Le data protection officer est tenu d’organiser des formations afin de montrer au personnel les bonnes pratiques à adopter. Il doit travailler en étroite collaboration avec le RSSI ou responsable de la sécurité des systèmes d’information. Cela afin de mettre en place des actions en accord avec le RGPD.

Le DPO a aussi pour mission d’assurer le suivi régulier des démarches adoptées. Pour cela, il doit organiser des audits.

Il n’existe pas encore de cursus prédéfini qui débouche directement au métier de data protection officer. Cependant, de nombreuses formations donnent aujourd’hui accès à ce poste. 

Généralement, il faut avoir un diplôme Bac+5 en droit ou une formation en informatique.

Les correspondants informatiques et libertés (CIL) ou les juristes des NTIC peuvent aussi postuler au poste.

Pour devenir data protection officer, il faut avoir un solide bagage en droit numérique. Il faut aussi maîtriser les fondamentaux sur les principes de confidentialité, le cyberdroit, les transferts de données. 

En termes de qualité, il doit avoir un bon sens de l’écoute et de la communication. Cela afin d’avoir un bon rapport avec toutes les entités qui l’entourent. Il doit être doté d’un grand sens de persuasion. Un bon esprit d’analyse et une capacité managériale sont également utiles pour exercer cette profession. La réactivité et la curiosité sont également des points de caractères utiles pour être un data protection officer efficace.

Le poste de data protection officer est rarement accessible aux jeunes diplômés. Des années d’expériences en informatique et en droit sont nécessaires pour pouvoir gérer les risques que le métier présente. Notamment en termes de sanctions adressées à l’entreprise dans le non-respect des réglementations en vigueur. 

Le salaire d’un data protection officer dépend de l’envergure de l’entreprise, de ses responsabilités et de ses expériences. En moyenne, il peut gagner un salaire annuel de 80 000 €.

Après quelques années, un data protection officer peut prétendre au poste de directeur des systèmes d’information (DSI).