TÉMOIGNAGE D’ELSA, JEUNE LEAD DEVELOPER AIXOISE

Aujourd’hui, on vous propose le témoignage d’une jeune Lead Développeur Aixoise spécialisée en Symfony !
Elle va vous raconter son expérience avec le marché de l’emploi dans le sud de la France mais aussi sa perception des recruteurs en tant que développeur.
Autour d’un verre, j’ai eu la chance de l’interroger et je vais vous dire, ça vaut le détour.

Elsa, qui êtes-vous ?

Elsa Villemagne, 27 ans, et presque toujours de bonne humeur !

Un petit point sur mon parcours :

D’abord développeur junior en galère sur la région de Fréjus après mon DUT Services et Réseaux de Communication en alternance. J’ai alors ouvert mon auto-entreprise pour survivre au monde du chômage. Deux ans après la validation de mon diplôme une agence web Grassoise m’a enfin donnée ma chance.

Un an plus tard, pour des raisons personnelles, je suis partie de la région de Fréjus pour celle d’Aix en Provence, j’ai atterri à Custom Solutions (Qwamplify désormais) où j’ai pu me familiariser avec un univers beaucoup plus complexe que le monde du site en « one-shot » que j’avais pu connaître jusqu’ici. De fil en aiguille, j’ai réussi à avoir la responsabilité du squelette applicatif de la société, c’est là que j’ai décidé de diriger ma carrière vers des postes de lead.

Janvier 2018, j’arrive chez HighCo en tant que développeur. Découverte de Symfony, des problématiques encore plus grosses… Depuis le printemps j’ai atteint l’objectif que je m’étais fixée, me voilà Lead développeur.

Comment êtes-vous arrivée chez HighCo ?

Je suis arrivée chez HighCo par l’intermédiaire du cabinet de recrutement. Le recruteur avec lequel j’étais en contact a très vite compris mes attentes dans mes recherches et m’a très rapidement, et efficacement, placé chez Highco.

Quelle image avez-vous des cabinets de recrutement  ?

Pour moi il existe deux grandes catégories de cabinets de recrutement. Ceux qui envoient des candidats en masse aux quatre coins du monde pour réussir à peut-être en placer un. Et ceux qui prennent le temps de connaître un profil, et de les placer dans un environnement qui leur convient.

Je ne vais pas cracher dans la soupe en disant que les recruteurs sont tous des commerciaux qui vendent nos compétences comme si on était de la marchandise. Il y en a c’est vrai ; mais il arrive, et de plus en plus souvent, de se trouver face à un recruteur qui essaye vraiment d’entamer le dialogue et de comprendre ce qu’on veut faire et pourquoi.

Aujourd’hui, je ne me vois plus postuler directement pour trouver un emploi, les recruteurs me font gagner énormément de temps, ont des connaissances du marché que je n’ai pas, et surtout ont souvent la confiance de leurs clients.

Parlez-moi de votre expérience avec les recruteurs

Première expérience, très très négative quand j’étais sur Fréjus. Tout juste sortie d’école, je postule à toutes les offres auxquelles je semble correspondre, et même plus (merci Pôle Emploi de m’avoir obligé à postuler à des offres de développeur logiciel avec 5 ans d’expérience minimum).

Je me rappelle d’un recruteur qui gérait beaucoup d’offres sur la région de Nice / Sophia, le plus souvent je n’avais aucune réponse de sa part, et quand j’en avais c’était un refus probablement tiré d’un texte préparé avec une case « nom du candidat à rejeter ici ».

>>>

>>> Et puis les nombreuses sociétés que l’on relance 20 fois par téléphone et qui ne répondent jamais, alors qu’on voit l’offre qui reste sur les sites de recherche.

Ce genre de situation est très frustrante, parce qu’on n’a pas de réponse claire sur : « pourquoi on ne nous donne pas notre chance ». Un refus ça arrive, mais pour pouvoir s’améliorer il faut qu’on puisse comprendre pourquoi on n’a pas fait l’affaire et souvent personne ne souhaite nous donner cette explication.

Mais là où c’est mal joué de leur part, c’est quand la situation s’inverse. Au moment où j’ai commencé à avoir de l’expérience, j’ai mis mon profil en mode « recherche active », et là au moins 3 ou 4 recruteurs qui n’avaient jamais daigné répondre à une seule de mes candidatures m’appellent pour me proposer des postes. Alors certes à ce moment là, quoiqu’il en soit je souhaitais quitter Fréjus donc leurs offres ne m’auraient de toute manière pas intéressées, mais le fait est que si j’avais souhaité rester, il y a de grandes chances que je ne passe plus jamais par eux.

C’est très énervant de recevoir un mail d’un recruteur qui est « ravi d’avoir découvert votre profil » et qui souhaite que vous lui racontiez votre parcours, alors que nous on sait que deux ans auparavant on a tout simplement été ignoré. À ce moment là, j’avais juste envie de leur dire, « youhou, il y’a un an et demi j’étais la même personne et je connaissais déjà tous les langages que je connais aujourd’hui ».

Passons au positif maintenant parce qu’il y en a 🙂

Depuis que je suis arrivée sur Aix, j’ai rencontré des recruteurs qui se sont intéressés à mon profil, qui ont écouté mes attentes et qui ont su me proposer des postes en adéquation avec ce que je cherchais. Au-delà des simples compétences techniques, on sort un peu du cadre strict des bureaux, on va au resto ou boire un café et on fait connaissance tout en parlant boulot.

C’est à ce genre de personne que je fais confiance aujourd’hui, parce que je sais qu’ils ne vont pas essayer de me placer n’importe où. Le gros avantage en tant que candidat quand on tombe sur un bon recruteur, bien souvent il a la confiance de son client et c’est un gros plus pour une candidature. Je me mets à la place de quelqu’un qui fait passer une entretien, je vais probablement 20 fois plus m’attarder sur un profil envoyé par un cabinet de recrutement qui a pris le temps d’analyser mon besoin, plutôt que les 40 profils envoyés par un cabinet de recrutement qui espère en placer au moins un.

C’est extrêmement dommage parce qu’il est possible que la perle rare se trouve dans les 40 profils, mais personne n’aura pris le temps de bien les accompagner.

Pourquoi avez-vous décidé de me répondre ?

Parce que je trouve l’initiative sympa et qu’elle pourrait déboucher sur quelque chose de positif. Beaucoup de cabinets de recrutement manquent de crédibilité car les recruteurs sont peu préparés aux métiers de l’IT et c’est dommage.

C’est comme tout, si on veut que les choses bougent, il faut entamer le dialogue 🙂